Guide des démarches - Retour à la page d'accueil Infos
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine
 Actualités    état civil, identité, élections  
 Actualités    état civil, identité  
état civil, identité, élections
Publicité

Sous-préfecture de Montluçon (doc. Yalta Production)
Publicité



 
Achetez le dernier livre
Nouveau


Guide juridique et pratique des démarches administratives
De Vecchi

Dernières infos

Publicité

 

Urgences
Abonnez-vous


Publicité

Guide Automobile

Contrairement à la plupart des autres pays européens, pour la troisième année consécutive, la demande d’asile diminue en France

03/10/2007

Le système français de protection des personnes persécutées semble connaître une crise profonde.
Au cours du premier semestre 2007, la Commission des recours des réfugiés (CRR) a annulé 19,5 % des décisions de l’Office français de protection des réfugiés et des apatrides (Ofpra), soit une décision sur cinq.
C’est la première fois en France que l’activité d’une administration est à ce point remise en cause par une juridiction.
Depuis 15 ans, cette tendance n’a cessé de se confirmer, puisque le taux d’annulation est passé de 6 % en 1991 à 15,5 % en 2006. Elle s’est par ailleurs accompagnée de la chute vertigineuse des taux d’accord du statut de réfugié et de la protection subsidiaire par l’Ofpra.
Par conséquent, nous nous trouvons dans une situation où la position des deux institutions se trouve aujourd’hui inversée. La mission de protection relevant d’abord de sa juridiction d’appel.
-en 2001, sur 7 325 protections accordées, 5 050 résultaient d’une décision de l’Ofpra et 2 275 de la CRR.
-en 2006, sur 7 355 protections, 2 930 ont été reconnues par l’Ofpra et 4 425 par la CRR.
Ainsi, face à la détérioration de la qualité des décisions de l’Ofpra, la Commission a souhaité réaffirmer les droits des demandeurs d’asile en dépit des normes adoptées qui contreviennent à l’exercice effectif de ceux-ci.
Par exemple, à l’occasion d’une décision du 1er juin dernier, elle a considéré qu’elle ne pouvait statuer sur le recours d’un demandeur d’asile qui a été renvoyé, contre son gré, dans son pays d’origine. Elle souligne ainsi l’absurdité et, certainement, l’incompatibilité avec les droits de la défense, de la procédure prioritaire qui ne reconnaît pas un recours suspensif aux demandeurs d’asile placés dans cette situation.


 
 
 
Publicité

Les autres Infos sur ce sujet


Publicité

 Actualités    état civil, identité, élections  
 Actualités    état civil, identité  

Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine