Guide des démarches - Retour à la page d'accueil Infos
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine
 Actualités    justice, sécurité  
 Actualités    justice, sécurité  
justice, sécurité
Publicité

statue de la Liberté (doc. Yalta Production)
Publicité



 
Achetez le dernier livre
Nouveau


Les violences ordinaires des hommes envers les femmes
Odile Jacob

Dernières infos

Publicité

 

Urgences
Abonnez-vous


Publicité

Guide Automobile

La soumission chimique à l'insu de la victime : l'arme du vol et du viol

16/10/2007

L'étude de l'Afssaps permet d'identifier les substances utilisées pour des agressions.
Les victimes, âgées d'une trentaine d'années, sont majoritairement des femmes (66% des cas), 17% des personnes sont mineures. Les agressions rapportées sont le plus souvent des agressions sexuelles (44%) ou des vols (27%). Les femmes sont essentiellement victimes d’agression sexuelle alors que les hommes sont plus fréquemment victimes de vol.
Au cours des 21 derniers mois, l'enquête recense 432 notifications de soumission chimique dont 123 cas avérés avec certitude.
Les faits surviennent soit au domicile de la victime, soit chez l’agresseur, soit dans un lieu festif (boîte de nuit).
Les symptômes les plus souvent décrits chez les victimes sont une perte de mémoire, des troubles de la vigilance, des lésions traumatiques et des troubles de la vue.
Les jeunes femmes sont les principales victimes de soumission chimique à des fins d’agression sexuelle. La proportion de victimes mineures est plus importante dans l’enquête 2005-2006. Les benzodiazépines sont les substances les plus fréquemment utilisées par les agresseurs.
Il est également important de noter que la consommation volontaire d’alcool et de cannabis est un facteur important de vulnérabilité et accentue les effets sédatifs et désinhibiteurs des substances administrées par l’agresseur.
Le groupe de travail à l'origine du rapport propose notamment des modifications de la composition des médicaments les plus à risque de soumission chimique comme ceux ayant des propriétés sédatives ou amnésiantes. Il propose par exemple de rajouter aux médicaments des colorants ou des amérisants (produit rendant le médicament amère), pour alerter la victime potentielle.


 
 
 
Publicité

Les autres Infos sur ce sujet


Publicité

 Actualités    justice, sécurité  
 Actualités    justice, sécurité  

Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine