Guide des démarches - Retour à la page d'accueil Infos
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine
 Actualités    santé, soins  
 Actualités    santé, soins  
santé, soins
Publicité

Clinique Médicale et Cardiologique d'Aressy (doc. Clinique Médicale et Cardiologique d'Aressy)
Publicité



 
Achetez le dernier livre
Nouveau


Prévenir cancers, Alzheimer, infarctus
LGF - Le livre de poche

Dernières infos

Publicité

 

Urgences
Abonnez-vous


Publicité

Guide Automobile

Lutte contre l'infarctus du myocarde, fin de la polémique autour des statines

22/10/2007

Le New England Journal of Medecine vient de publier les résultats de la deuxième phase de l’étude WOSCOPS (West of Scotland Coronary Prevention Study).
L’intérêt de ces travaux réside dans la confirmation du lien de cause à effet entre prise de statines et réduction significative du risque d’infarctus du myocarde.
L’excès de cholestérol dans le sang, et plus spécifiquement, de «mauvais cholestérol» (LDL) a été identifié comme l’un des principaux facteurs de risque coronarien.
Habituellement, toute quantité excessive de cholestérol qui ne peut être utilisée par l'organisme est éliminée par le foie. Dans certains cas, en raison d'un mode de vie inapproprié (tabagisme, sédentarité, mauvaise alimentation...) ou d'une maladie héréditaire, l'organisme n'est pas en mesure d'éliminer le cholestérol en excès. Il s'accumule alors dans le sang, se dépose sur les parois artérielles et provoque à terme des accidents cardiovasculaires.
Ce processus, appelé athérosclérose a été largement décrit par les équipes de chercheurs et de médecins du monde entier, qui ont mis au point à la fin des années 1980, une classe de médicaments particuliers, les statines, utilisés pour faire baisser le cholestérol sanguin et prévenir ainsi certaines maladies cardiovasculaires.
La première phase de l'étude menée en Ecosse pendant cinq ans auprès de 6345 personnes âgées en moyenne de 55 ans, à 44% fumeurs et présentant un taux élevé de «mauvais cholestérol» avait montré l’efficacité des statines dans la baisse du taux de cholestérol LDL, responsable reconnu des maladies cardiovasculaires.
C’était l’un des essais cliniques à grande échelle (incluant en moyenne chacun 5000 patients) qui avait démontré le bénéfice clinique direct d’une réduction du cholestérol LDL dans la prévention des infarctus du myocarde.
L’intérêt de cette deuxième phase est de montrer dix ans plus tard, que les patients traités par statines voient leur risque cardiovasculaire de 25% inférieur aux patients traités par placebo lors de la première phase de cette étude.
Ces résultats viennent appuyer les déclarations de la société française de cardiologie de juin 2007 rappelant que sur la très grande quantité de preuves scientifiques formelles montrant que l’utilisation des statines permet de réduire le risque d’infarctus et de décès, chez les patients cardiaques et ceux à haut risque cardiovasculaire, il est particulièrement important que ces patients n’interrompent pas un traitement dont les bénéfices sont prouvés. ·


 
 
 
Publicité


Publicité

 Actualités    santé, soins  
 Actualités    santé, soins  

Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine