Guide des démarches - Retour à la page d'accueil Infos
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine
 Actualités    santé, soins  
 Actualités    santé, soins  
santé, soins
Publicité

Marisol Touraine (doc. Yalta Production)
Publicité



 
Achetez le dernier livre
Nouveau


L'usager et le monde hospitalier
ENSP

Dernières infos

Publicité

 

Urgences
Abonnez-vous


Publicité

Guide Automobile

Heures sup et comptes épargne temps à l'hôpital : c'est la grogne à l'AP-HP

08/01/2008

On ne parle que de la grève des urgentistes et des négociations des médecins hospitaliers avec Roselyne Bachelot pour régler le problème des 23 millions d'heures sup accumulées et qu'il sera bien difficile de faire disparaître sous le tapis de la salle d'opération.
Mais c'est oublier le gros de la troupe, les aides-soignants(es), infirmiers(ères) et autres personnels d'entretien et d'administration, à peu de choses près logés à la même enseigne.
A l'AP-HP (Assistance Publique-Hôpitaux de Paris), la plus grosse structure d'hôpitaux publics en France, il y a du rififi.
Dans sa note du 20 novembre 2007, la direction générale de l'AP-HP a indiqué dans ses recommandations en matière de gestion du temps de travail: "A partir de fin octobre, les congés restant dus de l’année doivent être planifiés ou portés dans un CET (compte épargne temps)."
Le SNPI syndicat infirmier s'insurge : "Le Compte Epargne Temps est un droit statutaire, mais il s’ouvre uniquement à la demande de l’agent: l’administration ne peut imposer à un agent d’en ouvrir un. Or, à moins de fermer des lits comme en période d’été, nous ne voyons pas comment les agents pourraient subitement poser les jours qui leurs sont dû, mais qu’ils n’ont pas pu prendre jusque là faute de personnel ! "
Curieuse décision datée du 20 novembre 2007, mais qui prend vigueur en octobre et semble exercer une pression sur les agents, en leur laissant croire que s’ils n’ouvrent pas un CET, ils perdent leurs jours dus. "A partir de fin octobre, les congés restant dus de l’année doivent être planifiés ou portés dans un CET. Je rappelle à cet égard, que le CET est le seul outil de comptabilisation de placement de jours non pris doté d’une valeur juridique, et réglementairement opposable."
Le syndicat critique également l'attitude qui donnerait à penser que les cadres n’ont pas accordé de jours de repos à leurs agents, alors qu’ils avaient la possibilité de les poser. En réalité, il y a 1 200 postes vacants rien que chez les infirmières, et les plannings sont à flux tendus. "Si les agents ont accumulé des jours (hors CET), c’est que les services sont en sous effectifs, et non parce que les cadres ne savent pas gérer des plannings, ou que les agents veulent garder des RTT pour leurs vieux jours ! "
Le SNPI fait enfin remarquer que sur les 70 000 agents de l’AP-HP, seulement 8 200 environ possèdent un CET (soit 2,4%) représentant 215 000 jours de travail. Ce qui prouverait le faible intérêt des agents de l'AP-HP pour le CET.


 
 
 
Publicité


Publicité

 Actualités    santé, soins  
 Actualités    santé, soins  

Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine