Guide des démarches - Retour à la page d'accueil Dossiers
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine
Accueil Dossiers santé, soins
Accueil santé, soins
santé, soins
Publicité

contaminations, fautes, erreurs médicales

Le Médiateur de la République - pôle santé et sécurité des soins

Dans le domaine de la santé et de la sécurité des soins, le Médiateur de la République dispose d'un pôle d'information et de médiation, le « Pôle Santé, Sécurité des Soins », chargé de renforcer le dialogue entre les usagers du système de soins et les professionnels de santé.
Via le « Pôle Santé, Sécurité des Soins », le Médiateur de la République analyse et traite toutes demandes d'information ou de réclamation en provenance des usagers du système de santé ou des professionnels de santé qui mettent en cause :
- le non-respect des droits des malades
- la qualité du système de santé
- la sécurité des soins
- l'accès aux soins
>Contactez Le Médiateur de la République - pôle santé et sécurité des soins.



Problèmes suite à une hospitalisation

L'ENEIS (Etude Nationale sur les Evenements Indésirables liés aux Soins) nous apprend que plus de 120 000 incidents, problèmes ou effets indésirables graves sont constatés chaque année après une hospitalisation. La plupart ne sont pas directement dus à des erreurs médicales, mais pourraient être évités avec une meilleure qualité de fonctionnement :


>On obtiendra informations et aide auprès du Cadus - Conseil Aide et défense des Usagers de la Santé.
ainsi qu'après du LIEN - association de Lutte, d'Information et d'Etude des infections Nosocomiales, sécurité sanitaire



Infections nosocomiales

Les infections nosocomiales sont des maladies contractées à la suite d'une contamination lors d'une hospitalisation.
 




Types d'infections nosocomiales contractées à l'hôpital

 
Les principaux micro-organismes responsables d’infections nosocomiales sont Escherichia coli (25 %), Staphylococcus aureus (19 %, dont 52 % résistants à la méticilline, SARM) et Pseudomonas aeruginosa (10 %, dont 25 % résistant au ceftazidime).
Jusqu'à 5% des patients contractent une infection nosocomiale dans un centre de santé..
Cependant, entre 2001 et 2006, le nombre de patients infectés a diminué de 12 % - 40 % pour les infections SARM (Staphylococcus Aureus Résistant à la Méthicilline). Ces résultats sont en faveur des plans nationaux de lutte contre les infections nosocomiales, tout particulièrement contre les SARM.
>Pour connaître les résultats des évaluations de chaque établissement, consultez notre classement complet des hôpitaux et établissements de santé.
>Si vous êtes victime d'une de ces infections, contactez le LIEN - association de Lutte, d'Information et d'Etude des infections Nosocomiales, sécurité sanitaire.




Le classement des hôpitaux

Depuis 2005, les indicateurs destinés à mesurer la qualité des efforts en matière de lutte contre les infections nosocomiales sont rendus publics. Il y a des indicateurs de résultats, comme le nombre d'infections du champ opératoire ou la quantité de liquide pour lavage des mains consommée, ainsi que des indicateurs théoriques, mesurant la mise en place de bonnes pratiques.
L'ensemble de ces indicateurs est rassemblé dans une note sur 100 que nous publions ainsi qu'une autre de A à E; En 2007, sur 2800 établissements, il en reste 32 en classe E (contre 79 en 2005).
85,6% des établissements de santé sont en classes A ou B (contre 63,6% en 2005).
 
>Consultez le classement complet des hôpitaux et établissements de santé
 
Attention, contrairement a ce qui a été dit parfois, ce classement ne distingue pas les bons établissements des mauvais, mais plutôt ceux qui ont mis en place avec succès des méthodes et des reportings efficaces. Toutefois, il existe un lien entre un établissement correctement géré et un établissement qui fournit des soins de qualité.



IOA - infection ostéo-articulaire

Les infections ostéo-articulaires (IOA) complexes associées aux soins recouvrent essentiellement les infections sur prothèse ou sur matériel d’ostéosynthèse et les infections à la suite d'un traumatisme. Il s'agit le plus souvent d'infections post-opératoires (infections nosocomiales).
Ces infections peuvent avoir des conséquences graves au plan fonctionnel (perte ou difficulté de mouvement), mais mettent rarement la vie du patient en jeu.
La ministre en charge de la santé a désigné 8 centres de référence.
Les centres de référence ont une mission de coordination, d'expertise, de formation et de recherche ainsi que de prise en charge des infections ostéo-articulaires les plus complexes en lien avec les correspondants d’autres structures.
>Les coordonnées des centres sur le site du Ministère de la santé Infections ostéo-articulaires.




Erreur de médicament

L'Afssaps donne la définition d'une erreur de médicament suivante :
«Dans le domaine de la santé, l’erreur médicamenteuse est l'omission ou la réalisation non intentionnelle d'un acte survenu au cours du processus de soins impliquant un médicament, qui peut être à l’origine d’un risque ou d’un événement indésirable pour le patient.
Ces erreurs sont à l'origine de 175 000 et 250 000 hospitalisations par an, soit 3 à 5% de l’ensemble des séjours hospitaliers.
 




Conséquences de l'erreur signalée

 
Plus de la moitié des erreurs concerne des erreurs d’administration et, un grand nombre de signalements est également relatif à des erreurs en amont au niveau de la préparation du traitement.
Dans la majorité des cas, il s’agit de confusions ou de risques de confusion entre des spécialités conditionnées sous forme d’ampoules de solution injectable, mais aussi entre des comprimés. Les autres causes sont principalement des défauts d’information, des défauts de conditionnement, et des similitudes de noms commerciaux ou de dénominations communes internationales, et quelques cas de défauts de qualité.
 




Origine de l'erreur

 
En outre, un tiers des cas s’avère être des erreurs de pratique impliquant le professionnel de santé, dont l’essentiel correspond à des erreurs d’inattention, parfois liées à des circonstances particulières (exemple: contexte d’urgence).
Ces erreurs peuvent être une conséquence de dysfonctionnements dans l’organisation de la prise en charge thérapeutique du patient.
Enfin, chez le patient, on note également :




Indemnisation des victimes d'accidents médicaux ou d'infections nosocomiales

L'ONIAM (Office National d'Indemnisation des Accidents Médicaux, des Affections Iatrogènes et des Infections Nosocomiales) est un établissement public administratif placé sous tutelle du ministère chargé de la santé. Il a été créé par un décret du 29 avril 2002 en application de l'article L. 1142-22 du code de la santé publique créé par la loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé.
Il a 2 missions :


>Plus d'informations sur le site de l'ONIAM



Publicité

Publicité

Publicité

Accueil Dossiers santé, soins
Accueil santé, soins
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine