Guide des démarches - Retour à la page d'accueil Infos
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine
 Actualités    banque, argent  
 Actualités    banque, argent  
banque, argent
Publicité

Cartes de crédit de magasins (doc. Yalta Production)
Publicité



 
Achetez le dernier livre
Nouveau


Crédit immobilier
Vuibert

Dernières infos

Publicité

 

Urgences
Abonnez-vous


Publicité

Guide Automobile

Emprunter ou s'assurer lorsque l'on est malade : la convention AREAS ne tient pas ses promesses

19/12/2007

Rappelons que la convention AERAS permet aux personnes présentant "un risque aggravé de santé" d'obtenir malgré tout une assurance et donc aussi un crédit.
Pour les crédits immobiliers et professionnels, le montant du prêt peut atteindre 300 000 euros, pour les crédits à la consommation, le montant maximum du prêt accordé sans questionnaire de santé peut atteindre 15 000 euros (voir notre fiche "crédit").
Mais un an après l’entrée en vigueur de la convention AERAS, l’enquête de Santé Info Droits révèle une situation très éloignée des objectifs qu’elle s’était initialement fixée.
"Pourtant, le Président de la République s’était lui-même engagé lors de sa campagne à ce que les malades puissent être assurés comme les autres. Bel engagement. Mais la réalité est encore imparfaite ! regrette le CISS.
L’enquête du CISS auprès d'une centaine de personnes montre des améliorations :
- les bénéficiaires avaient entendu parler de la convention,
- les garanties alternatives à l’assurance sont parfois examinées,
- le cadre de la convention (montant et durée des emprunts) répond aux besoins exprimés par les appelants.
Cependant, il reste encore de nombreux points noirs :
- la connaissance du dispositif reste trop vague dans l’opinion,
- il subsiste encore de nombreux refus de la part des assurances,
- l’étendue des garanties reste notoirement insuffisante,
- les surprimes restent très élevées,
- les bénéficiaires n’ont pas le sentiment d’un système qui permet d’être assuré « comme tout le monde ».
Le CISS demande donc que l'on poursuive vers l’objectif d’un réel accès à l’assurance et à l’emprunt pour les « personnes présentant un risque de santé aggravé ».


 
 
 
Publicité


Publicité

 Actualités    banque, argent  
 Actualités    banque, argent  

Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine