Guide des démarches - Retour à la page d'accueil Infos
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine
 Actualités    santé, soins  
 Actualités    santé, soins  
santé, soins
Publicité

militants contre la SIDA (doc. Yalta Production)
Publicité



 
Achetez le dernier livre
Nouveau


Saurai-je parler du sida ?
First Editions

Dernières infos

Publicité

 

Urgences
Abonnez-vous


Publicité

Guide Automobile

Prise de risque sexuel dans la population homosexuelle

30/11/2006

10 000 entretiens sont réalisés chaque année sur le numéro vert de Sida Info Service avec des appelants ayant des partenaires de même sexe. En 2005, le service Evaluation et Qualité de Sida Info Service a effectué une étude à partir de ces appels.
Quelques chiffres
De plus en plus d’appelants PMS se déclarent séropositifs au VIH: c’est aujourd’hui le cas environ une fois sur dix (10, 2 % contre 9, 3 % en 2001 et 7, 2 % en 2003). Plus du quart de ces personnes ont été diagnostiquées de manière récente, c'est-à-dire moins d’un an avant leur recours au dispositif téléphonique, et plus d’un cinquième sont des nouveaux appelants.
Les points forts de l’étude
La progression la plus nette concerne les appels de PMS faisant suite à une prise de risque. En l’espace de 5 ans, le nombre de déclarations de prises de risque sexuel parmi les PMS a augmenté pratiquement de moitié (+47,5%), corroborant ainsi une partie des résultats de l’enquête « Presse Gay 2004 ». La plupart des appelants témoignent de relations non-protégées, et ce de manière encore plus importante pour les fellations. Les prises de risque sexuel majeur sont également davantage évoquées en 2005 comparativement à 2001 (+41,3%). Près de la moitié résulte d’accidents de préservatif, l’autre moitié, d’une absence de protection des rapports sexuels. Les relations occasionnelles sont les plus souvent citées comme étant le cadr e des prises de risque par les appelants PMS. L’appel se situe souvent dans les 48 heures qui suivent la prise de risque des PMS, ce qui peut entraîner une orientation vers un service d’urgence. D’ailleurs, une part importante de ce public envisage ou est sous traitement post-exposition.


 
 
 
Publicité


Publicité

 Actualités    santé, soins  
 Actualités    santé, soins  

Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine