Guide des démarches - Retour à la page d'accueil Infos
Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine
 Actualités    consommation, vie quotidienne  
 Actualités    vie quotidienne  
consommation, vie quotidienne
Publicité

sucettes et bonbons
sucettes et bonbons
Publicité



 
Achetez le dernier livre
Nouveau


Bien manger
Odile Jacob

Dernières infos

Publicité

 

Urgences
Abonnez-vous


Publicité

Guide Automobile

Lait chinois frelaté : peu de risques en France

13/10/2008

Sans surprise, les autorités ont retrouvé du lait à la mélamine dans certains produits en France, pour l'instant des bonbons « White Rabbit » et des biscuits "Koala". Cependant, le risque pour la santé serait mineur.
En France, l’importation de lait et de produits laitiers en provenance de Chine est interdite depuis 2002.
Depuis le 26 septembre 2008, la mise sur le marché français des denrées alimentaires contenant des produits laitiers d’origine chinoise sont interdites pour une durée d'un an (façon d'officialiser le fait que de la mélamine chinoise peut se trouver aujourd'hui encore dans des produits français).
En France, le seuil maximal de mélamine autorisé est de 2,5 mg/kg. On aurait préféré tout simplement zéro, puisque la mélamine est une matière plastique utilisée notamment pour recouvrir les meubles de cuisine (Formica). Dans la série, "on nous fait manger n'importe quoi..."
Le principal danger pour la santé serait une lithiase urinaire (calculs rénaux). Jusqu'alors, les quantités de mélamine décelées restent très faibles et les risques seraient quasiment nuls.
Pour les autorités, il n’est cependant pas exclu que des enfants s’exposent à des doses quotidiennes dépassant le seuil considéré comme toxique s’ils consomment du chocolat et des biscuits douteux en grande quantité.
Quand au diagnostic médical, un cas suspect serait « Tout enfant de moins de 15 ans présentant des signes évocateurs de lithiase urinaire ou d’insuffisance rénale aiguë obstructive sans étiologie identifiée » et l'InVS rajoute "toutes douleurs abdominales non spécifiques".
Un dispositif de suivi national a été mis en place pour recenser d'éventuels cas. A la date du 10 octobre, aucun cas d’intoxication n’a été signalé à l’Institut de veille sanitaire.


 
 
 
Publicité


Publicité

 Actualités    consommation, vie quotidienne  
 Actualités    vie quotidienne  

Guide des Démarches - Votre département - Guide des Hôpitaux et cliniques - Guide des Maternités - Guide Médicaments - Guide des Lycées
Guide Tourisme France - Guide Baignades - Guide Campings - Guide Automobiles Anciennes - Journées du Patrimoine